Tout savoir sur les contacteurs membranaires

Tout savoir sur les contacteurs membranaires

Tout savoir sur les contacteurs membranaires

L’évolution des pratiques œnologiques fait régulièrement l’objet de résolutions auprès de l’OIV, l’organisation internationale de la vigne et du vin. Le point sur celle concernant les contacteurs membranaires.

Depuis quand sont-ils autorisés  ?

En 2010, l’OIV a ajouté au Code international des pratiques œnologiques un ensemble de techniques séparatives parmi lesquelles on distingue les techniques membranaires des techniques évaporatives. En juin 2013, elle a complété la résolution concernant les techniques membranaires en autorisant les contacteurs membranaires dans le cadre de la gestion des gaz dissous dans les vins. Quelques mois plus tard, l’Union européenne a approuvé la technique par publication au Journal officiel

Dans quels buts sont-ils utilisés  ?

Cette pratique permet de diminuer et/ou d’augmenter les teneurs en CO2 et O2 autrement que par l’utilisation de matériel de bullage ou de systèmes utilisant l’effet Venturi. À savoir, l’OIV autorise l’obtention de vins gazéifiés par cette méthode.

Partager cet article